Counterpoint Weekly : Réduction de la politique d'assouplissement quantitatif de la Fed

Counterpoint Weekly : Réduction de la politique d'assouplissement quantitatif de la Fed

La réduction attendue des achats nets d'actifs est susceptible d'exercer une pression à la hausse sur les rendements des bons du Trésor, mais seulement de façon modérée dans la mesure où aucune hausse des taux n'est encore en vue. Les marchés du crédit et des actions devraient pouvoir y faire face.

Ce qu'il faut savoir :

- L'annonce prochaine d'une réduction du programme d'achat d'actifs de la Fed devrait se traduire par une hausse des rendements des bons du Trésor. Mais tant que la banque centrale indiquera clairement qu'une hausse des taux n'est pas imminente (notre scénario de référence), tout repli éventuel devrait se limiter à 10-30 pb pour les rendements à 10 ans sur une période d'un à deux mois après une telle annonce.

- Bien que des réactions excessives soient possibles compte tenu du point de départ, notre scénario de base est construit autour de l'extrémité inférieure de la fourchette. Si l'on remonte à 2013, on constate que de nombreuses caractéristiques à l'origine du mouvement de panique suscité à l'époque par l'annonce de la réduction de la politique d'assouplissement quantitatif de la Fed (dit « Taper tantrum ») sont soit absentes, soit suffisamment différentes cette fois-ci, ce qui suggère que les fluctuations des rendements seront probablement de moindre amplitude.

- Les marchés des actions et du crédit devraient pouvoir résister à une hausse modérée des rendements des bons du Trésor si les fondamentaux économiques (Covid-19 mis à part) restent relativement positifs malgré le léger ralentissement de la croissance, et si la politique monétaire reste favorable (même en cas de réduction des mesures de relance). Si l'on prend l'exemple du marché des titres à haut rendement, les spreads ne devraient pas se creuser de manière significative, même si la volatilité est susceptible d'augmenter.

Découvrez l'article