La dette publique américaine : arme fatale de la Chine contre les États-Unis ?

Mais d’autres observateurs se disent que le gouvernement de Pékin n’est pas totalement démuni pour riposter à l’augmentation des droits de douane imposée par Donald Trump.

Aujourd’hui, la Chine est devenue le premier créancier des États-Unis (devant le Japon), car elle dispose d’un stock d’emprunt d’État américain de 1.100 milliards de dollars. Pour rappel, le stock global des emprunts US s’élève à 16.000 milliards de dollars.

Et donc pour les tenants de cette thèse, il suffirait que la Chine décide de vendre son stock de dette publique US pour faire chuter les prix et donc faire remonter les taux des emprunts américains. Et si ces taux grimpent, ils freineront automatiquement la croissance américaine.

CQFD ? Pas vraiment ! D’abord, si les autorités chinoises devaient agir de la sorte, elles seraient les premières victimes de cette manœuvre étant donné le stock important d’emprunts US qu’elles ont en portefeuille. Pire encore, les investisseurs institutionnels américains (et d’autres) récupéreraient immédiatement cette dette. Sans compter que la Chine n’aurait pas d’autre alternative aux emprunts US car c’est de loin le marché obligataire le plus profond. L’arme fatale dont disposeraient les Chinois est donc à nuancer.