Investir dans l’or recyclé : une valeur refuge respectueuse de l’environnement ?

Investir dans l’or recyclé : une valeur refuge respectueuse de l’environnement ?

Véritable valeur refuge, l’or est également victime de son succès : la demande est aujourd’hui supérieure à la production mondiale.
Par ailleurs, son extraction a des conséquences négatives sur notre environnement.
Face à une demande croissante, l’or recyclé se présente-t-il comme une alternative crédible et écologique ?

Le recyclage de l’or offre une alternative plus écologique et moins coûteuse que l’or fraîchement extrait des mines. Dans sa seconde vie, le métal jaune peut même représenter une opportunité d’investissement intéressante pour les particuliers et les institutions à la recherche d’une exposition à un produit innovant et issu de l’économie circulaire. 

Comment recycle-t-on l’or ?

L’or recyclé provient de la fonte de l’or préexistant, par exemple des particuliers qui vendent leurs vieux bijoux en or contre de l’argent, qui est ensuite remodelé et revendu à des investisseurs ou à l’industrie joaillère. Il est également possible de récupérer de l’or à partir du recyclage de déchets d’équipements électroniques. Par conséquent, ce métal peut être recyclé à l’infini sans aucune perte de pureté et sans perte de qualité, contrairement à de nombreuses autres matières premières.

L’or est-il une matière première polluante ?

Dans l’ensemble, l’empreinte carbone de l’or est relativement faible : elle est estimée à moins de 0,3 % de la consommation annuelle mondiale des émissions de gaz à effet de serre (GES). La grande majorité de ces émissions provient de l’extraction et du broyage de l’or et, en particulier, de l’électricité et des combustibles utilisés pour alimenter ces processus. En effet, 90 % de l’or extrait mondialement est issu de grandes industries très mécanisées.

Pourquoi l’extraction de l’or est-elle controversée ?

Les processus d’extraction de l’or dans les mines engendrent un coût important et des conséquences écologiques et sociales désastreuses. Tout d’abord, l’industrie aurifère transforme considérablement les paysages naturels en de véritables déserts ; les arbres sont rasés pour creuser la terre. Aussi, l’extraction de l’or nécessite beaucoup d’eau, de carburant fossile et d’oxyde de soufre, mais utilise aussi des produits chimiques tels que le mercure ou le cyanure. Ces substances toxiques polluent l’air, l’eau et la terre et sont très dangereuses pour la santé des êtres vivants (humains, animaux et végétaux). De plus, l’industrie d’extraction de l’or est régulièrement pointée du doigt pour des problématiques liées à la santé, à la sécurité et au respect des droits humains. 

Un or plus éthique est-il possible ?

Au-delà de l’aspect purement écologique, l’ensemble de la filière de l’or cherche à responsabiliser son action et son empreinte. Cette prise de conscience ne concerne pas uniquement la production d’or et sa consommation, mais aussi les investisseurs. Pour garantir une production durable et responsable, les principaux acteurs du marché ont ainsi élaboré une série d’initiatives et de normes pour donner aux parties prenantes, aux consommateurs et aux investisseurs une plus grande confiance dans la provenance de l’or.

Tandis que l’activité d’extraction d’or diminue depuis une dizaine d’années, de nombreuses filières éthiques et responsables se développent. Plusieurs labels, par exemple le label Fairtrade ou Fairmine, ont été créés par de grands groupes internationaux en lien avec l’extraction et le commerce de l’or. Ces labels ont pour objectif d’introduire un cadre véritablement transparent quant aux conditions d’exploitation des ressources minières.

Le recyclage de l’or est-il une tendance récente ?

L’or n’est pas une matière première comme les autres, car il ne se consomme pas. Une fois produit, il rejoint les 176.000 tonnes du stock d’or mondial. Depuis 2001, les volumes d’or recyclés ne cessent d’augmenter, car ce matériau précieux est très rarement jeté. Depuis sa découverte, il y a plus de 6.000 ans, seulement 2 % du volume d’or extrait des mines a disparu. Il y a aujourd’hui davantage à exploiter dans le stock dormant chez les particuliers que dans les réserves minières du monde entier. En 2011, il s’est produit un basculement historique. L’or recyclé a dépassé le seuil des 1.500 tonnes. Désormais, il représente plus de la moitié de l’offre mondiale d’or qui provient des mines. Le recyclage de l’or est donc une pratique courante et répandue depuis toujours, car il présente de nombreux avantages.

Le processus de recyclage de l’or est-il lui-même polluant ?

Bien que des produits chimiques soient nécessaires dans le processus de transformation, l’impact environnemental et social de l’or recyclé est moins important que celui de l’extraction de l’or dans les mines. Le recyclage de l’or  ne génère pas de nouveaux déchets, ne détruit pas de ressources naturelles et réduit la production de gaz à effet de serre. 

Le volume annuel d’or recyclé répond également à la demande annuelle d’or et à la diminution des stocks. En effet, selon des études, la Terre disposerait d’un capital d’or estimé à 244.000 tonnes, dont 187.000 tonnes ont déjà été extraites. En moyenne, 2.700 tonnes d’or sont extraites chaque année dans le monde. Il ne resterait donc plus que 57.000 tonnes d’or à extraire. Enfin, le recyclage de l’or réduit les dépenses énergétiques dues à l’extraction, sans puiser davantage dans les ressources de la Terre.

L’or recyclé : également une valeur refuge ?

Si la moitié de l’or est utilisée pour la joaillerie, cette dernière n’est pas la première cause de son extraction. En effet, l’or est un métal précieux qui est intrinsèquement porteur de valeur. En cas de turbulences sur les marchés financiers, cette matière première est souvent considérée comme une « valeur refuge » et un bon véhicule de diversification pour son patrimoine. Historiquement, le cours de l’or s’est souvent apprécié en période de perte de confiance, de crise économique et financière ou de choc boursier. Décorrélé des variations de prix des autres actifs financiers, l’or peut dès lors absorber une partie de la volatilité dans un portefeuille correctement diversifié. L’or recyclé n’y fait pas exception. 

Quelques chiffres

Ne perdez toutefois jamais de vue que, recyclé ou pas, l’or est un actif dont les cours peuvent varier à la hausse comme à la baisse. Tout investissement dans l’or comporte dès lors des risques qu’il convient d’examiner avec un conseil spécialisé, en fonction de votre profil et de votre stratégie d’investissement.