Les résidences d’artistes sont des sources d’inspiration

Les résidences d’artistes sont des sources d’inspiration

En novembre prochain, l’artiste slovène Meta Drčar effectuera une résidence d’un mois dans la célèbre Maison Van Wassenhove, à Sint-Martens-Latem.

Cette résidence bénéficie du soutien de Puilaetco, du courtier spécialisé en art, Eeckman Art & Insurance, de la galerie Axel Vervoordt et du Museum Dhondt-Dhaenens (MDD) afin de soutenir la création dans le domaine de l’art contemporain.

Boris Vervoordt, Directeur de la galerie Axel Vervoordt, nous explique les enjeux de cette résidence d’artiste dans un cadre aussi époustouflant qu’insolite.


Boris Vervoordt, Directeur de la galerie Axel Vervoordt
© Sebastian Schutyser

 

 

Les résidences d’artistes sont des sources d’inspiration

Que représente pour vous le partenariat avec le MDD ? Qu’y a-t-il de si particulier dans le travail du MDD qui vous attire à ce point ?

Boris Vervoordt, Directeur de la galerie Axel Vervoordt : « Le MDD est un institut qui nous tient à cœur en raison de son histoire, de son programme contemporain et de sa vision de l'avenir. Premier musée d'art contemporain en Belgique, il continue de se réinventer, comme en témoignent le nouveau conseil consultatif et les nouveaux plans architecturaux. L'architecture du musée, où l'idée d'un cube blanc est repensée à travers l'incidence particulière de la lumière, est quelque chose qui nous intéresse beaucoup. Le fait que le MDD, à travers ses résidences, s'ouvre à la société en général et aux jeunes artistes qui cherchent un défi artistique, une prise en main ou une nouvelle inspiration, souligne notre engagement. »  

La Maison Van Wassenhove est un lieu singulier en Belgique. Comment décririez-vous vos sensations lorsque vous l’avez visitée pour la première fois ?

B.V. : « Comme les autres bâtiments de Juliaan Lampens, la Maison Van Wassenhove apparaît à première vue comme imposante, impulsive, peut-être même intrusive ou majestueuse. Mais ce sont les contrastes qui rendent les bâtiments de ce type si intéressants, comme l'incidence subtile de la lumière dans les structures de béton ombragées et monumentales. La manière dont Lampens a réussi à s'harmoniser avec la nature en utilisant le béton, un matériau artificiel, est vraiment fantastique, d'autant plus que les subtils éléments d'eau, les bouleaux environnants et l'ombre - par temps ensoleillé - qui tombe sur la façade. La réapparition de ces formes en bois à l'intérieur, avec le pin au sol et le cylindre en bois comme espace de couchage, complète cette idée d'harmonie. »

Pourquoi vous associer à un projet de résidence d’artiste dans la Maison Van Wassenhove ?

B.V. : « Bien entendu, nous sommes honorés de pouvoir coanimer un projet qui soutient les jeunes artistes de cette manière. C'est ce que nous ont dit d'autres artistes avec lesquels nous avons travaillé : les résidences sont source d'inspiration, d'apport, de stimulation, mais aussi de réflexion, de contemplation et de perspicacité. Nous sommes heureux de soutenir cette idée pour les artistes qui veulent être émerveillés de la même manière. »

Le choix de la lauréate Meta Drcar laisse entrevoir un énorme potentiel, étant donné qu’il s’agit d’une artiste qui essaie de créer une interaction avec le lieu où elle installe ses œuvres. Qu’en attendez-vous exactement ?

B.V. : « Il est important de noter que nous n'étions pas intrinsèquement impliqués dans la sélection, et pour cela nous félicitons l'équipe du MDD. Drčar montre en effet un grand potentiel dans son travail, et étant donné que son œuvre traite de la relation entre l'environnement architectural et le corps humain, il est bien sûr plus qu'intéressant de voir comment elle va traduire cela dans un bâtiment à l'histoire si riche. Le rôle que jouent les concepts de temps et d'espace et leur expérience spatiale dans ses recherches est quelque chose qui nous intéresse également, et qui revient à plusieurs artistes avec lesquels nous avons eu l'occasion de travailler dans le passé. » 

Quel regard portez-vous sur le milieu de l’art contemporain en Belgique ? Que pouvez-vous apporter, en tant que galerie, pour stimuler la création et la diffusion des artistes en Belgique et à l’étranger ?

B.V. : « Les défis auxquels sont confrontés les artistes en Belgique sont dans une large mesure les mêmes qu'ailleurs - aujourd'hui, mais aussi par le passé, en raison des évolutions sociales qui se produisent depuis longtemps. Toutefois, les nombreuses initiatives, à une petite échelle locale, mais aussi à une échelle institutionnelle, sont encourageantes. L'empathie et la connexion semblent être à nouveau au centre des préoccupations, et outre les influences mentales, cela joue également en faveur de la qualité des créations. Et c'est un défi à l'échelle humaine auquel chacun d'entre nous, en tant qu’amoureux de l'art, peut prendre part. 

En tant que galerie, nous continuerons bien sûr à faire de notre mieux pour créer des expositions dans notre galerie, mais aussi dans des institutions externes qui construisent des expositions collectives en accord avec le thème sur lequel l'artiste travaille. Il était agréable de voir à quel point l'installation de Kimsooja à la Villa Empain l'hiver dernier pouvait réchauffer les gens. Les sculptures en plein air, comme la nouvelle sculpture de Renato Nicolodi à Tongres, ont en revanche permis de stimuler et d'inspirer davantage les gens lors de leurs promenades. 

Le manque de foires physiques nous a fait réfléchir davantage aux possibilités numériques dont nous disposons pour offrir une plateforme à nos artistes. Nous avons pleinement adopté la vidéo comme support, mais l'importance des textes issus de longues conversations avec les artistes, a également augmenté. Une reproduction numérique reste bien sûr une représentation, mais ici aussi, l'inspiration supplémentaire reste le thème central. »

Plus d’infos : 

La galerie Axel Vervoordt

Eeckman Art & Insurance

Le Museum Dhondt-Dhaenens

Meta Drčar